Lettre aux militants de la fédération

Posté par foterritoriauxregioncentre le 11 novembre 2010

Chers camarades,


Depuis plusieurs mois les militants Force Ouvrière que vous êtes, menez sur le terrain une bataille pour conserver la retraite à 60 ans (55 ans pour la catégorie active), mettre un terme à l’allongement de la durée de cotisation (40 ans c’est déjà trop !), préserver et pérenniser le code des pensions civiles et militaires, ainsi que la caisse nationale de retraite des agents des collectivités (CNRACL).

Nous savons combien votre investissement militant a permis d’assurer la réussite des différentes journées d’action à commencer par la manifestation nationale à Paris du 30 mars dernier à l’appel de la fédération et celle du 15 juin à l’appel de la confédération Force Ouvrière.

Vous avez relayé, porté, défendu la revendication en faveur du retrait du projet de loi.

Vous avez milité en faveur d’un appel par les confédérations à une grève public/privé pour obtenir satisfaction. Au plan national, la confédération Force Ouvrière n’a signé aucun des communiqués intersyndicaux appelant aux différentes journées car ils ne revendiquaient pas le retrait ou l’abandon du projet ni un appel à la grève interprofessionnelle.

Cela nous a valu d’être quasi systématiquement relégués en fin de cortège lors des manifestations.

Vous l’avez assumé car au delà de cette divergence fondamentale nous n’avons eu de cesse d’être actifs, voire moteurs tout au long du conflit et nous avons participé dans l’unité à sa réussite.


Malgré les tentatives de polémique (piège dans lequel nous ne sommes pas tombés), malgré les tentatives de marginalisation, malgré l’ostracisme des grands médias nationaux (télévisions et journaux) notre message est passé à travers vous.

Dans toutes les manifestations, les militants des autres organisations syndicales reprenaient notre slogan « retrait du projet
gouvernemental ».


Le mouvement aurait été encore plus fort et plus unifié par un appel à la grève interprofessionnelle notamment entre le 12 et le 19 octobre. Force Ouvrière l’a systématiquement proposé aux autres organisations syndicales.

La CFTC, la FSU, Solidaires, une partie importante de la base CGT étaient prêtes à nous suivre sur ce mot d’ordre.

Mais la CGT,soucieuse de maintenir la CFDT au sein de l’intersyndicale a systématiquement capitulé devant
l’organisation cédétiste.

Les directions nationales de ces deux organisations incarnées par Thibaud et Chérèque portent une lourde responsabilité.

Pourtant dans de nombreuses entreprises, administrations, collectivités, établissements, les travailleurs ont voté la grève y compris reconductible.

Pour notre fédération, nos syndicats à Marseille, à Toulouse, à Bordeaux et en Gironde, à Paris et en région parisienne, à Saint-Nazaire,etc. ont voté la grève reconductible montrant la voie à suivre. Les agents ont perdu de nombreuses journées de travail ; beaucoup d’entre eux perçoivent des petits salaires et cela représente un important sacrifice.

Alors il n’est pas étonnant que la mobilisation faiblisse et que le 6 novembre la participation aux manifestations ait diminué de façon sensible.

Pour autant Force Ouvrière ne s’inscrit pas dans la stratégie du « on va passer à autre chose », car il ne saurait être question de considérer que le dossier est clos au prétexte que la loi est votée.

Pourquoi ?


Tout d’abord, la loi n’est pas acceptée et elle reste « en travers de la gorge » des salariés et des militants que nous sommes.

Ensuite, la mise en oeuvre de la loi (si elle est promulguée) nécessite la parution de textes complémentaires sur lesquels nous mènerons la bagarre.

Enfin, il convient de combattre toute velléité de mise en oeuvre d’un régime par points ou par comptes notionnels qui se cache derrière la réforme systémique qui doit être mise en débat en 2013 selon la loi.

Untel régime aurait pour conséquence de faire baisser le niveau des pensions ; mais, il mettrait surtout en place un régime unique sonnant le glas de la CNRACL, du régime particulier des fonctionnaires (code des pensions civiles et militaires) et à terme de la retraite par répartition pour le public comme pour le privé.


Oui, l’abrogation de la loi contre les retraites sur la base de la grève interprofessionnelle est une revendication portée par Force Ouvrière.

Non par envie de « jusqu’au boutisme » ou de« radicalisation », non par manque de réalisme comme certains commentateurs se plaisent à le dire, mais parce que cette loi va appauvrir nos collègues qui vont partir à la retraite.

Elle représente un recul social sans précédents et son vote par un parlement dont nous ne contestons nullement la légitimité, ne la rend ni juste socialement, ni efficace économiquement !

L’intransigeance du gouvernement et de la présidence de la République n’a pas entamé la détermination de nos concitoyens.

Au contraire un esprit de résistance est né de ce mouvement, nous l’appuyons et nous l’appuierons !

A cet effet, nous mènerons une vaste campagne d’adhésion.

Nous devons finir de recueillir la cotisation des salariés déjà adhérents à Force Ouvrière et nous devons proposer à nos collègues de travail de se syndiquer à Force Ouvrière. Une vaste campagne est lancée par notre confédération, nous la relayons.

Par ailleurs, nous vous proposerons une campagne fédérale, du matériel va vous être adressé à cet effet.

En renforçant les rangs de Force Ouvrière, les salariés se doteront d’un syndicat libre et indépendant, fort et puissant, prompt à défendre leurs intérêts particuliers et collectifs, matériels et moraux.

Chers camarades, c’est avec beaucoup de détermination que vous perpétuez la tradition de liberté et d’indépendance qui a fondé le syndicalisme français et qu’incarne la confédération générale du travail force ouvrière.

Vous pouvez en être fiers !

Bon courage à toutes et à tous.


Pour le secrétariat fédéral


Le secrétaire général
Didier BERNUS

Publié dans 8/ Retraites | Pas de Commentaire »

DECLARATION DU BUREAU CONFEDERAL DE FORCE OUVRIER

Posté par foterritoriauxregioncentre le 11 novembre 2010

Parce que le projet de loi sur les retraites est dicté par des raisons liées aux marchés financiers et aux engagements restrictifs au plan européen, ce qui en fait un élément clef du plan d’austérité mis en place ;

Parce que ce projet constitue une contreréforme très largement rejetée par les salariés et se situe à l’opposé des propositions et revendications défendues et déclinées par FORCE OUVRIERE ;

Dès le départ FORCE OUVRIERE a revendiqué le retrait de ce projet pour une autre réforme basée sur le financement et répondant aux besoins sociaux.


De la même manière, convaincue qu’il faudrait un rapport de force important pour faire reculer le gouvernement à différentes reprises, FORCE OUVRIERE a proposé un appel commun des confédérations à 24 heures de grève franche public/privé, point d’appui pour un élargissement déterminant du mouvement.

Ce fut encore le cas le 4 novembre 2010, avant la promulgation de la loi, lors de la dernière réunion des syndicats, proposition refusée par les autres organisations.

Convaincue, parallèlement, que l’unité d’action était nécessaire, FORCE OUVRIERE s’y est pleinement engagée, sur ses positions, dès le 7 septembre.

Plusieurs manifestations inédites et exceptionnelles par leur nombre et leur ampleur n’ont pas fait céder le gouvernement qui a affiché un mépris et une conception autoritaire du dialogue social.


Pour le bureau confédéral de FORCE OUVRIERE, tout n’a pas été tenté pour obtenir satisfaction, notamment l’appel commun à 24 heures de grève pour solidifier, coordonner et unifier un mouvement qui a pris la forme de grèves reconductibles, de débrayages, de manifestations et d’actions.

FORCE OUVRIERE continuera à marteler ses positions et revendications et à prendre des initiatives en matière de retraites dans les semaines et mois à venir, excluant de faire oublier ou de zapper les retraites au profit d’autres dossiers qui seront traités à part et sur lesquels notre cahier revendicatif est prêt.


Le bureau confédéral confirme, par ailleurs, son opposition à toute mise en place d’un régime unique par points ou comptes notionnels, antichambre de la capitalisation.

Dans le même temps, y compris par respect des salariés qui ont fait grève, FORCE OUVRIERE ne saurait s’engager ni dans une stratégie d’oubli ou de diversion, ni dans une stratégie d’épuisement.

Pour toutes ces raisons, FORCE OUVRIERE ne participera pas à la réunion des syndicats du 8 novembre et réaffirme sa pleine disponibilité et son plein engagement pour construire réellement le rapport de force dans une démarche de résistance et de reconquête.

Paris, le 8 novembre 2010

Publié dans 8/ Retraites | Pas de Commentaire »

Retraites des femmes

Posté par foterritoriauxregioncentre le 4 août 2010

Chers Camarades,

 

Nous venons d’apprendre que, grâce à nos pressions, le gouvernement a amendé son projet de loi concernant la date butoir du 13 juillet 2010, pour les femmes fonctionnaires mères de trois enfants.

 

Cette date est reportée au  31 décembre 2010 pour une liquidation avant le 1er juillet 2011.

 

Ceci démontre que le combat syndical peut aboutir à des débuts de recul de la part du gouvernement sur le projet de réforme des retraites. Nous continuerons à accentuer nos combats jusqu’à l’objectif de retrait total de ce projet de loi.

 

Départ anticipé parent de 3 enfants


Condition d’interruption d’activité pour l’enfant du conjoint


Un congé de maternité pris au titre d’un enfant légitime peut-il être utilisé pour remplir, par extension, la condition d’interruption d’activité pour l’enfant duconjoint, pour l’ouverture du droit à un départ anticipé en tant que parent de3 enfants ?


Les périodes d’interruption de service au titre d’un enfant peuvent effectivement être prises en compte pour d’autres enfants sous réserve que la durée soit suffisante pour que la condition d’interruption de 2 mois soit satisfaite pour chaque enfant (ex : 4 mois minimum pour 2 enfants).


Cependant, seuls peuvent être concernées par ces dispositions :


Les interruptions d’activité accordées dans le cadre d’une disponibilité pour élever un enfant de moins de 8 ans ou d’un congé parental.

En effet, les congés de maternité, d’adoption et de présence parentale sont accordés pour un enfant déterminé. La CNRACL ne peut donc pas considérer qu’un autre enfant remplisse les conditions pour que le fonctionnaire se voit accorder ce congé.

Publié dans 8/ Retraites | Pas de Commentaire »

Communiqué sur les retraites

Posté par foterritoriauxregioncentre le 4 août 2010

Le gouvernement doit retirer son plan !


L’âge légal de départ à la retraite va passer de 60 à 62 ans. Ainsi notre gouvernement vient de nous faire enfin
connaître ses intentions.


Il nous faudra travailler plus longtemps !


Il y a la manière et il y a le fond :


Jusqu’à l’annonce de cet avant projet, le gouvernement a « distillé » les pistes possibles, a joué avec les médias, a fait donné sa courroie de transmission politique, et a forcé les syndicats à se battre contre des nébuleuses.

Jamais une réforme de cette ampleur n’aura si peu été discutée, débattue, et négociée.

La Fédération Force Ouvrière des personnels des services publics et des services de santé dénonce cette réforme inique qui représente un recul social historique sans précédent, et qui une fois de plus impactera lessalariés du secteur public et les salariés du secteur privé.

Le gouvernement refuse de prendre ses responsabilités en vue d’assurer la pérennité de notre régime de retraite par répartition.

Or pour notre organisation c’est réalisable pour peu que soient prises des décisions politiques courageuses visant à prélever les moyens financiers ailleurs que sur le travail des salariés.

Force Ouvrière a fait des propositions dans ce sens.


La Fédération FO des personnels des services publics et des services de santé dénonce :


Le recul de l’âge de départ à la retraite à 62 ans, entraînera de facto et de façon incontestable une diminution des retraites ; la rapidité avec laquelle ce recul se met en oeuvre (4 mois par an)va accentuer cette déperdition dont les 1ères victimes sont les collègues partant en retraite dès2012 !

La remise en cause partielle de la catégorie active par le relèvement de l’âge auquel il est possible, aux agents concernés, de faire valoir leurs droits à la retraite de 50 ans à 52 ans et de 55 ans à 57 ans selon les cas !

L’augmentation envisagée sur 10 ans du taux de cotisation de 7,85 % à 10,55 %; pour un traitement mensuel brut de 1200 Euros, la cotisation passera de 94,20 euros à 126,60 euros ! Pour mémoire, jusqu’en 1980 les fonctionnaires territoriaux et hospitaliers cotisaient à hauteurde 6 % alors même que les salariés du secteur privé cotisaient sur une base de 3 %.

La modification de l’attribution du minimum garanti : au 1er janvier 2010 un fonctionnaire atteignant l’âge de 60 ans pouvait percevoir pour 35 années de cotisations le minimum garanti qui s’élevait à un montant de 1049 Euros, avec cette réforme, cet agent devra, pour obtenir cemême montant, se maintenir en activité jusqu’à l’obtention de 40,5 années de cotisations , OU attendre l’âge permettant d’obtenir le minimum garanti, c’est-à-dire 67 ans en 2018 …


La suppression de la possibilité de départ anticipé des fonctionnaires ayant travaillé 15 années et parents de 3 enfants dès 2012. Etait envisagée la suppression de la règle de calcul de la pension basée sur l’indice détenu sur les 6 derniers mois d’activité; cette disposition fermement défendue par notre organisation, a été pour l’ instant retirée de l’avant projet de loi.

Nul doute, que la forte mobilisation du 15 juin a pesé sur les ultimes arbitrages du Gouvernement, mais nous restons vigilants !

Notre ténacité lors des rencontres avec le ministre, la mobilisation importante au travers de la journée du 15 Juin sont sans l’ombre d’un doute la preuve de la détermination de notre syndicat libre et indépendant.

La mobilisation doit se poursuivre pour lutter contre les effets dramatiques de ce projet.Pour sa part, la Fédération est favorable à appeler l’ensemble des salariés à une nouvelle grève franche interprofessionnelle, avec manifestation(s), au plus tard début septembre 2010 afin d’exiger le retrait du projet gouvernemental.

Publié dans 8/ Retraites | Pas de Commentaire »

1234
 

Club Med |
Belgica |
ANIMNATURE |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Home
| ECOLOBLOG
| LES ENFANTS: L'AVENIR